Rocketman

It is standing

Kezako ?

Le film retrace la métamorphose de Reginald Dwight, un jeune pianiste prodige timide, en une superstar mondiale. Il est aujourd’hui connu sous le nom d’Elton John.

La critique d’Eugénie – 6,5/10

Si comparer deux films n’est pas toujours très pertinent, il est ici difficile d’aborder Rocketman sans avoir Bohemian Rhasposy en tête. Tout, que ce soit le genre, le réalisateur ou le sujet les rapprochent, quand leur étiquette de « films à oscars », propres à consacrer l’interprète du rôle principal, tend à les opposer.

Et pourtant, si le fond comporte bien des similitudes, la forme elle est bien différente. Quand le biopic de Queen et A Star is Born se servaient de la scène pour justifier des séquences chantées, Rocketman a au moins le mérite d’assumer son genre de comédie musicale rutilante. Ces scènes sont d’ailleurs les plus réjouissantes du film même si elles ne brillent pas par leur originalité, contrairement à leur inspiration.

En tant qu’objet de cinéma, ce biopic a assurément davantage d’atouts que ses prédécesseurs, avec notamment une identité plus marquée et de vrais partis pris dans la réalisation. De même, la fiction se veut plus transparente que dans le déjà nommé Bohemian Rhapsody, moins consensuelle aussi ce qui donne au film une impertinence supplémentaire et appréciable.
Du côté des prestations, Taron Egerton est à l’instar de son rôle, un véritable showman ! Révélé par Kingsman, l’acteur est en passe de devenir une valeur sûre d’Holywood. Sa performance est d’autant plus mise en valeur quand il est entouré d’autres bons acteurs pour lui donner la réplique, notamment Jamie Bell et Richard Madden. Seul bémol, le manque de subtilité du jeu de Bryce Dallas Howard dans le rôle de sa (détestable) mère… ça sent le complexe freudien mal résolu quand même.

Néanmoins, le film ne brille pas vraiment par l’originalité de son récit. Très linéaire, celui-ci souffre de problèmes de rythme comme de nuance qui lui confère une impression finale d’étouffement – cela dit, c’était peut-être l’effet recherché.
Son plus gros problème cependant, et pas des moindres, est que le sujet peine à convaincre pour peu que la vie d’Elton John ne vous intéresse pas outre mesure. L’ascension du chanteur a beau être intéressante, elle ne séduira jamais autant le grand public que la fan base initiale.


Réalisé par Dexter Fletcher
Avec  Taron Egerton, Jamie Bell, Richard Madden, Bryce Dallas Howard…
UK – Biopic, Comédie musicale
Sortie en salle : 29 mai 2019
Durée : 2h 01 min 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :