La longue nuit – GoT 8×03

Ça va être tout noir !

Il est enfin là, peut-être l’épisode le plus attendu de toute l’histoire de la télévision ! Alors on ne va pas trépigner davantage et renter tout de suite dans vif du sujet :

Les TOP 
– On a encore vu Ghost !
– Des plans somptueux et un beau travail sur les nuances de rythme et d’ambiance qui permettent de ne jamais s’ennuyer, même avec une heure vingt de bataille !
– Toutes les scènes de combat sont grandioses ! De l‘introduction tout en tension suivie de la charge des dothrakis au réveil des morts à Winterfell en passant par le cache-cache façon Walking Dead d’Arya, l’illumination de la tranchée et les combats de dragons (chapeau les effets spéciaux), on en a pris plein la vue !
– La musique de Ramin Djawadi encore et toujours !
– Les échanges entre Sansa et Tyrion dans les cryptes qui posent les bases des futures intrigues.
– Des morts : Ed la Douleur, Lyanna Mormont, Beric Dondarion, Theon Greyjoy et surtout Jorah (aka Lord Friendzone) ont tous eu droit à une belle sortie digne de leurs personnages. Ah et Vers Gris a survécu, ça je ne l’avais pas vu venir.

Les BOF 
– Un peu plus de lumière n’aurait pas été superflue, comme davantage de plans larges et moins de cut lors des combats… mais bon, je pinaille.
– Pendant que j’y suis, pas sûre que côté stratégie les défenses de Winterfell étaient très logiques.
– OK Mélisandre assure, mais son retour est franchement télescopé.
– Puis faire revenir les morts de la crypte n’était vraiment pas utile, d’une part parce qu’ils étaient probablement trop anciens (sauf Rickon mais on ne l’a pas vu), de l’autre parce qu’ils n’ont eu aucune conséquence sur les personnages principaux.
– En parlant d’eux, c’est miraculeux mais ils ont tous survécu.

Le FLOP : Le scénario
Là on va détailler un peu plus parce que, même si je ne vais pas faire l’unanimité, je revendique le droit d’être franchement déçue par le scénario – comme d’autres l’ont d’en être ravis, il n’y a pas de vérité, que des opinions.
Pourquoi déçue ? Parce que l’épisode a joué avec mes attentes façon ascenseur émotionnel tout du long avant de couper purement et simplement les câbles au dernier étage, et la chute est rude ! Cela peut être un parti pris que de ne pas respecter les théories et les prophéties, mais alors pourquoi les avoir laissées prendre une telle importance depuis la saison 2 ? Pourquoi avoir autant parlé d’Azor Ahai pour refuser de nous le révéler ? Pourquoi avoir insisté sur les symboles des Enfants de la Forêts et des marcheurs et ce depuis le pilote ? Pourquoi avoir choisi d’incarner le Roi de la Nuit qui n’est qu’une légende dans les romans ? Pourquoi avoir raconté son histoire si celle-ci n’a aucune importance ? Pourquoi avoir ressuscité Jon ? À quoi donc ont servi les pouvoirs de Bran-la-fucking-corneille-lymphatique ? Car au final, ni l’un ni l’autre n’ont eu un quelconque impact sur l’issue du combat.
À nouveau on pourrait y voir une volonté de rupture avec le schéma classique de l’heroic fantasy, sauf qu’elle arrive trop tardivement pour avoir du sens. La dénégation n’est pas l’absence de sens, d’autant plus si elle se fait au mépris d’années de développement des personnages… O
r, après les deux précédentes rencontres, il était certes prévisible mais évident et logique que de laisser Jon affronter – et non nécessairement vaincre – le Roi de la Nuit. Le priver de ce duel traduit une forme d’irrespect pour son parcours.
Non, face aux attentes des fans du monde entier, D&D (les showrunners) ont opté pour l’inattendu en balayant d’un revers de la main un
 travail scénaristique de 8 saisons. Finalement, il n’y aura pas de résolution complexe impliquant un compromis ou des sacrifices, les gentils auront triomphé du méchant roi des morts par un simple coup de couteau, octroyé par un personnage avec lequel il n’a jamais eu aucun lien. L’explication donnée par Mélisandre tombe même dans le grand WTF, comme une vulgaire tentative de se raccrocher aux branches contrairement aux constructions en domino auxquelles la série (ou plutôt les livres) nous avait habitués. Soyons honnêtes, si le destin d’Arya était de vaincre les marcheurs blancs, la prédiction aurait été tourné dans ce sens dès la saison 3, sans besoin d’inverser l’ordre des yeux pour jouer les révélations de dernières minutes – D&D, vous nous prenez un peu pour des pigeons là ! Sans parler de la téléportation digne d’un code de triche de RPG qui permet à Super Arya de débouler invisible en vol plané au milieu d’une foule de morts et de marcheurs – même si ceux-ci ont brillé par leur inutilité lors de l’épisode.
La série semble avoir oublié que surprendre pour surprendre n’est pas une fin en soi. Scénaristiquement, cela revient à se cacher derrière une porte pour faire « Bouh » au premier passant. Et si le sort d’Arya se donne le visage de l’audace, il évite surtout de prendre position concernant Azor Ahai pour ne pas décevoir une partie des fans, et ça c’est plus de la trouille qu’autre chose. 

Malgré des indéniables qualités artistiques, l’écriture transpire l’incohérence et la facilité en expédiant toute l’intrigue « magique » dans la première moitié de la série. À moins que la suite ne nous réserve un twist grandiose pour faire la lumière sur cette « longue nuit »… Par les anciens dieux et les nouveaux, je ne peux que l’espérer !

par Eugénie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :