Chamboultout

Pictionary

Kezako ?

Béatrice célèbre avec les siens la sortie de son livre, dans lequel elle raconte l’accident de son mari qui a bouleversé leur vie. Frédéric a perdu la vue et ne peut s’empêcher de dire tout ce qu’il pense : c’est devenu un homme imprévisible et sans filtre. Mais ce livre va déclencher un joyeux pugilat car même si Béatrice a changé les noms, chacun de ses proches cherche à retrouver son personnage. 

La critique d’Eugénie – 4,5/10

Les comédies « chorale » connaissent un fort succès public en France et ce depuis Les petits mouchoirs en 2010. Mais les successeurs du long métrage de Guillaume Canet sont bien loin d’être aussi marquants… Entre autres, les réalisations d’Eric Lavaine qui n’en est pas à son premier essai côté comédie, Lamy et chorale ! Mais force est de constater que son Chamboultout a fort en commun avec son Barbecue de 2014, en moins drôle !

Même contexte de vacances entre amis, même prétexte du rassemblement post drama, même décor dans une maison estivale avec piscine, mêmes intrigues, mêmes personnages, même conclusion… Bref, on a plus l’impression de regarder un énième reboot qu’un film original tant le fond et la forme sont convenus et déjà-vu !

Le florilège de noms clinquants au casting ne suffit pas à donner une âme à cette bande « d’amis » qui se déclinent en inventaire de personnages fonctions esquivant très maladroitement quelques nuances. Le chamboultout est en fin de compte celui du radin, du queutard, de l’ado (jouant très mal et qui s’appelle Eugénie… nan mais QUI s’appelle Eugénie aujourd’hui ?), de la simplette, de la bonne copine, de l’intello, de l’inculte, de la râleuse ou encore de l’égocentrique/orgueilleuse/insupportable, tous empêtrés dans leurs histoires de jalousie et de non non-dits, d’infidélités, de secrets et de conflits. Au risque de me répéter, c’est du déjà-revu !
Côté jeu d’acteur, le niveau est lui aussi très inégal. Si certains font correctement leur job, comme Alexandra Lamy ou Anne Girouard (Guenièvre de Kaamelott), d’autres passent complètement à la trappe voir tombent dans la caricature grotesque (Anne Maravin). On notera cependant deux bonnes surprises entre Michaël Young, toujours intéressant sorti de son registre de prédilection, et José Garcia qui livre une performance technique et touchante.

C’est d’ailleurs dans ces rares scènes de complicité entre les deux personnages principaux que le film s’offre de jolies parenthèses en suspension. En touchant aux questions du handicap dans le quotidien et à celui des proches, Eric Lavaine esquisse une volonté de propos de fond et ouvre son sujet à de vraies émotions. Dommage qu’il ne soit pas plus focalisé sur cet aspect…

Film sans inspiration ni portée, Chamboultout n’en pas pour autant un navet fini et reste efficace dans son humour et son rythme sans longueurs. Le livrable est simplement du plus classique et se rapproche davantage d’un film « canapé » du dimanche soir que d’une bonne expérience cinématographique.


Réalisé par Eric Lavaine
Avec Alexandra Lamy, José Garcia, Michaël Youn, Anne Maravin…
France – Comédie
Sortie en salle : 3 avril 2019
Durée : 1h 40min

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :