Green Book

Symphonique

Kezako ?

En 1962, alors que règne la ségrégation, Tony Lip, un videur italo-américain du Bronx, est engagé pour conduire et protéger le Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d’une tournée de concerts. Durant leur périple de Manhattan jusqu’au Sud profond, ils s’appuient sur le Green Book pour dénicher les établissements accueillant les personnes de couleur, où l’on ne refusera pas de servir Shirley et où il ne sera ni humilié ni maltraité.

La critique d’Eugénie – 9/10
♥ Coup de cœur

De la filmographie de Peter Farrelly, je ne connaissais que les comédies potaches (voir qui tachent) des années 90. « Dumb and Dumber », « Mary à tout prix », « Fou d’Irène », « L’Amour Extra Large »… des gags à gogo sans grande finesse qui, en dehors de l’affect nostalgique proustien, vieillissent assez mal.
« Green Book : Sur les routes du sud » est aux antipodes de tous ces films ! Point de Jim Carrey ou de Ben Stiller pour grimacer à l’écran (cela dit j’adore Jim Carrey), pas de jolie fille sexy pour ameuter le velu en mal de fantasme ni de gaudriole populaire propre à attirer la « masse ». « Green Book » tisse une histoire profondément humaine qui fait de la dentelle avec les lourdeurs mêmes de ses personnages (sauf pour le titre français qui se trimballe une périphrase inutile) !

Car le green book auquel il fait référence s’avère être The Negro Motorist Green-Book (merci Wikipédia), un guide de voyage pour afro-américains (conforme aux lois ségrégationnistes) que Tony Lip, videur italo-americano-xénophobien du Bronx, devra respecter pour conduire la tournée sudiste du Dr Don Shirley, pianiste noir de génie. Bien entendu, la relation entre les deux hommes et la confrontation de leur monde et opinions respectives aboutira à une prise de conscience sur fond de respect et d’amitié. Et si en France il y a toujours quelque Christian Clavier pour pondre une bonne grosse bouse comédie oscillante entre politiquement correcte et validation des clichés, les Américains (et les Oscars) tombent plus souvent dans le grand mélodrame politique. Exception faite de « Green Book » !

Le film se drape dans une simplicité de scénario et de propos bienveillante et bienvenue, presque par pudeur, loin des ambitions et des grandes croisades sociales à l’instar de Don Shirley qui n’a certes pas marqué l’histoire parce qu’il « had a dream » mais qui a eu le simple courage de vivre ses convictions. De la mise en scène à l’humour en passant par les messages et les dialogues, « Green Book » sonne juste de bout en bout, préférant l’alternance entre les petites joies et les grandes douleurs à l’excès de caractère, malgré celui de ses personnages.

Car il n’est pas de caricature quand le trait, même grossier, est interprété avec finesse ! Le formidable duo Viggo Mortensen/Mahershala Ali joue toutes les subtilités de chaque facette de ce qu’on pourrait pourtant appeler des clichés. Leurs émotions et leurs faiblesses sont d’autant plus bouleversantes à la lueur de leur rigidité. Un jeu que les acteurs ont poussé jusque dans les moindres détails, des plus évidents comme les accents et la prononciation aux plus subtils : les gestes déliés jusqu’aux bouts des doigts, le regard qui évite tacitement celui de l’autre, la démarche, la position du dos, sans parler des séquences au piano filmées en grande partie de profil pour en admirer la performance… Car c’est bien de « performance » qu’il s’agit ici plus que de « jeu » et ces deux incroyables acteurs mériteraient au même titre celui du « meilleur » au prochain Oscars (oui, devant Rami Malek pour « Bohemian Rhapsody »).

Rarement frontal, « Green Book » ouvre des portes de réflexion sur la différence, les compromis, la violence et les convictions, articulées autour d’un discours global de tolérance attendu, mais qu’il est toujours bon de rappeler, surtout quand la forme est aussi intelligente !


Réalisé par Peter Farrelly
Avec Viggo Mortensen, Mahershala Ali, Linda Cardellini…
USA – Drame, Biopic
Sortie en salle : 23 janvier 2019
Durée : 2h 10 min 

Un commentaire sur “Green Book

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :