Jigsaw

Jigsaw fait le grand saut 

Réalisé par Michael et Peter Spierig
Avec Matt Passmore, Tobin Bell, Callum Keith Rennie
Etats Unis – Horreur
Sortie en salle : 1er Novembre 2017
Durée : 1h 32min

Kezako ? Dix ans après la mort de John Kramer aka JIGSAW, de nouveaux meurtres portant sa signature font leur apparition. Les descendants du tueur ayant disparu, qui peut bien se cacher derrière ces morts toujours plus énigmatiques ? Est ce le grand retour du maître?

La critique de Marcellin – 2/5

La scie sauteuse est (encore) de retour ! La franchise SAW a décidément de beaux jours devant elle. Considérée comme l’une des plus rentables de tous les temps, elle traduit notre penchant bien morbide à admirer de jeunes gens souffrir pour leur quête de survie (allez je sais que vous aimez ça !). Encore une fois le génie James Wan, surdoué de l’horreur, a vu juste puisque depuis 2004, les films font le bonheur des sociétés de productions. Depuis Jigsaw est devenu une icône du cinéma d’horreur, atteignant les marches de nos chers Freddy Krueger, Michael Myers ou encore Leatherface. En même temps, qui peut résister à cette petite poupée aux joues rouges qui pédale sur son vélo d’enfant pour nous annoncer quel autre stratagème sadique il vient d’inventer ? Alors oui, je dois bien l’avouer, le caractère revanchard du cancéreux en quête d’un certain salut me plaît bien, surtout car il arrive à nous offrir des twists inventifs et vicieux comme son collègue la Mort dans Destination Finale. On peut être créatif en étant sadique non ? Pléonasme.

Contrairement à beaucoup de fans, j’avais grandement apprécié SAW 3D, le chapitre final. Lorsque j’ai découvert l’apparition d’un nouveau bébé de la franchise sobrement intitulée JIGSAW, j’ai eu le soupir du spectateur qui a eu sa dose. Mais la curiosité l’emporte toujours, je m’attelle donc au visionnage de ce dernier.

Ce dernier film revient donc un peu plus aux sources, et à l’aspect thriller que défendait le premier de James Wan, le but est clair : le spectateur va avoir les réponses à ses différentes interrogations. Exit le spectaculaire, bienvenue à l’intrigue.

Partant de ce constat, je dois me remettre donc à retrouver toutes les pièces du puzzle, si je puis dire, disséminés dans chaque film. Mais c’est là où ce film peine à me trouver bon public, je constate avec respect l’effort des réalisateurs qui souhaitent nous livrer un bel hommage au premier, et ainsi refermer la boucle. Cependant, rien ou presque ne fonctionne : les acteurs sont mauvais et les rôles outrageusement clichés (la voleuse toxico, la jeune femme bien sous tout rapport, le lourdingue, le flic ripoux, la médecin légiste tatouée fan de Jigsaw…). Même l’énigme reste selon moi, très loin du côté pervers de Jigsaw, qui malgré le fait qu’il souhaite donner une bonne leçon aux gens qui le « méritent », est tout de même un sadique ! « Oeil pour oeil, dent pour dent », doit on s’ériger en justicier par le meurtre ? Cette interrogation n’est malheureusement pas abordée… Je me désole de voir sans cesse ce besoin de rédemption dans les films d’horreur, qui tend donc à justifier des crimes, ou même à minimiser le caractère profondément mauvais d’un tueur en série.

Enfin, je dois tout de même rendre à César ce qui est à César, les mises à mort sont toujours aussi créatives, le gore est bien présent, et je dois faire honneur au twist final, qui ravira les fans du premier film.

JIGSAW est donc un bon divertissement, à prendre tel qu’il est ni plus ni moins, mais si comme moi, la psychologie d’un tueur vous émoustille, accrochez vous à la série MINDHUNTER !

 

Un commentaire sur “Jigsaw

Ajouter un commentaire

  1. On verse quand même de plus en plus dans la surenchère avec cette saga… Et pas la surenchère amusante, non plutôt la reloue qui fait lever les yeux en ciel devant tant de réchauffé. Comme j’aime beaucoup regarder des films d’horreur avec des tas de morts gratuites à l’intérieur, je me retrouve toujours à échouer devant ce genre de productions, avec l’espoir d’assister à quelque chose de frais ou qui essaierait au moins de sortir un peu des sentiers battus… Et puis non 😀
    C’est quand même fascinant de voir le nombre de gens que Jigsaw a rencontré et formé dans sa vie, même en étant mourant à cause d’un cancer généralisé. Et sans jamais que ces gens se croisent. Incroyable.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :